La richesse et la spécificité de la végétation camarguaise provient de la double influence de l’eau et du sel. En effet l’eau d’irrigation adoucit le nord du delta alors que l’eau de mer introduite dans la partie sud pour la production du sel accroît la salinité du sol. Dans ces conditions, les plantes halophiles sont prédominantes puisqu’elles s’accommodent des milieux salés. La plus représentative en Camargue est la salicorne aussi appelée le « haricot de mer » : petit buisson d’herbes de couleur verte. Elle affectionne particulièrement le sol salé de la sansouïre et se tinte de diverses couleurs aux fils des saisons.

Sur les sols moins salés, une végétation aquatique très riche s’est installée. La lavande de mer s’étend sous forme de tapis et colore les pâturages de son bleu tendre. Six variétés de saladelles sont présentes en Camargue. Elle rejette l’excès de sel absorbé par ses feuilles. Rares sont les arbres pouvant supporter la salinité du sol, le tamaris se rencontre sur l’ensemble de la plaine sous forme de bosquets. Le roseau ou « canne de Provence » pousse sur le bord des étangs et forme des haies brise-vents de par sa robustesse. Il côtoie notamment des iris jaunes, des renoncules d’eau, des genêts et myosotis.

La pointe de l’Espiguette regorge d’une végétation typique des massifs dunaires tel l’oyat (graminée aux épis allongées) ou l’euphorbe de celles qui participent à la stabilisation des dunes comme le raisin de mer (petit arbuste vert à boules rouges), le panicaut (ou chardon bleu) et le lis des sables. Ce-dernier fleurit l’été au cœur des dunes et est protégé au niveau national comme de nombreuses autres espèces présentes en Camargue (ail petit moly, myosotis tenu…)

Cet eco-système riche et préservé est aussi le berceau d’une grande diversité d’animaux, petits et grands : insectes, batraciens, taureaux, chevaux… Mais c’est avant tout une halte migratoire importante pour de nombreux oiseaux d’eau et canards, ce qui en fait un site d’observation ornithologique hors pair. Plus de 150 000 oiseaux représentant plus de 250 espèces différentes transitent par la Camargue pendant leur migration ou y vivent tout au long de l’année.
Parmi tous ces oiseaux, l’espèce la plus représentative de la Camargue est le flamant rose, qui est présent toute l’année dans la région. Au printemps, sa population peut monter jusqu’à 30 000 individus. Ils se regroupent principalement sur l’étang du Fangassier, au sud-est de l’étang du Vaccarès, où un îlot artificiel a été créé en 1970 pour pallier à la destruction des îlots naturels et permettre ainsi aux flamants roses de continuer à se reproduire en Camargue. Depuis 1979 et la mise en place de la Directive Oiseaux, le flamant rose est une espèce totalement protégée en Europe. Cette directive implique la protection des oiseaux mais aussi de leurs nids, de leurs œufs et de leurs habitats.